Commune de Lembeye

Environnement et cadre de vie

L'assainissement collectif

Le centre-bourg de Lembeye est équipé d’un réseau d’assainissement collectif desservant 320 abonnés.

Construite route de Peyrelongue en 2016-2017 et mise en service le 19 octobre 2017, la nouvelle station d’épuration, de capacité 1 000 équivalents-habitants, permet de traiter les eaux usées par un système compact de disques biologiques, et de retenir l’effluent traité sur une zone végétalisée d’infiltration et d’évaporation lorsque le débit du Petit Lees n’est pas suffisant pour recevoir le rejet, c’est-à-dire de juin à novembre.

La construction de cet équipement s’inscrit dans le cadre du schéma directeur d’assainissement finalisé en novembre 2010, répond à l’arrêté préfectoral du 27 juillet 2010, par lequel la Commune était mise en demeure de mettre en conformité son système d’assainissement des eaux usées, et concrétise huit années d’études, d’argumentaires, de démarches et de recherches de financements.

Les travaux de mise en conformité, réalisés sur les années 2016, 2017 et 2018, ont également eu pour objet de créer un réseau de collecte assurant la séparation des eaux usées et pluviales dans les secteurs Sud et Sud-Ouest du centre-bourg, et de restructurer le site de l’ancienne station d’épuration, chemin de la Ligne, pour y créer un bassin tampon et un poste de refoulement permettant de transférer les effluents vers la nouvelle station.

Le coût de l’opération avoisine 920 000 € HT pour la station d’épuration et 1 280 000 € HT pour le réseau, financé à 60% par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, 20% par le Département des Pyrénées-Atlantiques et 20% par la Commune.

La nouvelle station d'épuration, route de Peyrelongue

Le plan local d'urbanisme

Par délibération du 28 août 2012, le Conseil municipal a prescrit l’élaboration du plan local d’urbanisme (PLU) et confié au bureau d’études Artelia la réalisation des études nécessaires.

Parallèlement, et pour remplir une condition nécessaire à l’adoption du PLU, il a travaillé à la mise en conformité du système d’assainissement collectif (voir ci-dessus).

Le projet d’aménagement et de développement durables (PADD), document clé de voûte du PLU, rédigé par le bureau d’études Artelia, a été adopté le 26 juillet 2017 par le Conseil municipal, puis approuvé le 20 décembre 2017 par le Conseil de la communauté de communes du Nord-Est Béarn (CCNEB), compétente en matière de planification d’urbanisme et se substituant ainsi de plein droit à la commune pour achever la procédure engagée.

Le PADD définit le projet politique à court et moyen terme, répondant aux besoins et enjeux identifiés sur le territoire communal et aux outils mobilisables par la collectivité.

Les trois orientations générales d’urbanisme retenues au travers du PADD sont le renforcement du rôle de polarité rurale de la commune, le maintien d’une dynamique économique et commerciale, et l’intégration dans le projet des dimensions paysagères, patrimoniales et environnementales.

La population a été invitée à participer à une réunion publique de concertation et d’échange le 10 septembre 2018, au cours de laquelle ont été présentés le contexte, les enjeux et les orientations du projet communal envisagé les dix années à venir.

La prochaine étape consistera pour le Conseil municipal et le Conseil communautaire à arrêter le projet de PLU qui sera soumis à enquête publique. L’approbation du document final est prévue pour fin 2019.

La gestion différenciée des espaces communaux

Pour répondre à l’interdiction faite aux collectivités d'utiliser des produits phytopharmaceutiques, la commune de Lembeye s’est engagée en début d’année 2017 dans une démarche volontariste de gestion différenciée de ses espaces –publics ou privés–, soutenue par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne.

Le Conseil municipal a ainsi confié à la SCOP Territòri, bureau d’études en aménagement du territoire et du paysage, la réalisation d’une étude globale, visant à établir l’état des lieux des différents espaces entretenus (usage, type de revêtement, mobilier, qualité paysagère), des pratiques de désherbage et des zones à risques, puis à construire et définir des préconisations et des nouvelles pratiques d’entretien, intégrant des solutions préventives concrètes en lien avec l’aménagement paysager.

Cette étude, menée en étroite collaboration avec les élus et le personnel communal, a conduit en octobre 2017 à la remise d’un plan de gestion différenciée des espaces communaux, comprenant un plan de désherbage curatif adapté à l’usage de chacun des espaces (désherbage mécanique, thermique ou manuel) et un programme détaillé d’actions préventives censées faciliter l’entretien (paillage, utilisation du végétal, conception paysagère, fleurissement adapté, taille douce, tonte différenciée, éco-pâturage).

Pour mettre en œuvre ce plan de gestion, et supprimer définitivement et durablement l’usage des produits phytosanitaires, l’acquisition de nouveaux matériels de désherbage curatif s’est avérée nécessaire. La commune s’est ainsi dotée d’équipements spécifiques et adaptés à la configuration de ses espaces (balayeuse-désherbeuse, herse, binette, désherbeurs thermiques, gyrobroyeur, débroussailleuse anti-projection), représentant un investissement de 38 000 € hors taxes, financé à 70% par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne dans le cadre de la démarche « zéro pesticide ».

Au-delà de répondre à un contexte réglementaire et de contribuer à la protection de l’environnement, cette démarche aura permis aux élus et aux agents de porter un nouveau regard sur la conception, l’embellissement et l’entretien des espaces communaux.

La mise en œuvre du plan de gestion différenciée est l’affaire de tous : élus, techniciens mais également habitants et utilisateurs de l’espace public, qui doivent progressivement changer leur regard, s’approprier la démarche et contribuer au quotidien à sa réussite.

La collecte des déchets

En cours de rédaction.

Infos pratiques
  • lundi au jeudi : 9h - 12h30 | 14h - 17h