Commune de Lembeye

Histoire et patrimoine

La bastide de Lembeye

Selon le dicton, "Lembeye, tots que l’envejan" (Lembeye, tous l’envient).

Située aux confins du Béarn, face à l’Armagnac et à la Bigorre, Lembeye occupait une position stratégique de ville frontière. Pour résister aux inévitables incursions de ses voisins, le bourg fut érigé en bastide ancienne vers la fin du XIIIème siècle et fortifié au cours du XIVème siècle. Le vestige le plus marquant de cette époque est sans aucun doute la Tour.

Mais dès le XIVème siècle, les limites de la bastide sont trop exigües et le bourg s’étend au nord (rue du Bourguet), à l’est (rue des Couteillous) et à l’ouest avec la création d’une place triangulaire (place du Marcadieu) où se tenait dès le XVIIème siècle un important marché.

Au XVIIème siècle, Lembeye était la 6ème ville du Béarn. Son importance perdura quelque peu et au XVIIème siècle, Lembeye est encore le siège d’un archiprêtré de 16  paroisses.

Devenue protestante au XVIème siècle, Lembeye est dévastée lors des guerres de Religion et incendiée par les troupes catholiques au début du XVIIème siècle, ce qui entraînera la reconstruction de la plupart des maisons du bourg.

La Tour porte de ville

A l’extrémité Ouest de la rue de la Tour, vestige le plus marquant du bourg, édifiée au XIVème siècle, à la fois porte de ville fortifiée et prison.

L’église Notre Dame de l’Assomption (fin XVème - début XVIème siècle)

Plus grand édifice gothique du Vic-Bilh, elle renvoie à la période où l’Église consacre des bâtiments religieux imposants.

La place Marcadieu

A partir du XVIIème siècle, le bourg s’ouvre à l’Ouest sur une place triangulaire, où se tient un important marché.

Le chemin des Hautes Promenades

Trace des remparts au Sud du bourg, et lieu d’observation privilégié de la chaîne des Pyrénées, il relie la Tour de l’horloge à l’église Notre Dame de l’Assomption.

Le Chemin de la Ligne

Aujourd’hui aménagé en chemin de randonnée, il reprend le tracé de la ligne de chemin de fer qui reliait Lembeye à Pau au début du XXème siècle, et est jalonné d’ouvrages d'art remarquables (ponts, descentes d'eau, talus empierrés…).

Fontaine et lavoir

Le centre-bourg est jalonné d’une série de sept fontaines, appelées "canettes", construites dans les années 1780, et auxquelles était parfois adossé un lavoir.

Deux de ces "canettes", celles de la Peyrailles (lavoir) et de Menjoulou (fontaine), ont été restaurées en 2016.

Infos pratiques
  • lundi au jeudi : 9h - 12h30 | 14h - 17h